La cotte de mailles



La maille aboutée

La plus simple des cottes de mailles que vous pourrez venir admirer sur notre campement est la maille aboutée. Les anneaux sont simplement resserrés et la rigidité de l'acier leur permet de rester solidaires. Ce type de maille est relativement rapide à fabriquer mais protège peu contre les flèches et les lances. En effet, lorsqu'une attaque dite d'estoc (frapper de la pointe) est portée, les anneaux s'ouvrent et son porteur prend le coup.



La maille alternée

La maille alternée est un bon compromis entre rapidité de production et solidité. Une maille sur deux est rivetée. La technique de rivetage, que vous pourrez venir découvrir sur notre atelier consiste à aplatir les extrémités des anneaux et de les percer d'un trou pour ensuite le fermer avec un rivet. Par rapport à la maille aboutée, les rangs s'éclateront moins facilement devant un coup d'estoc. Le coup aura ainsi moins de chance d'être mortel. Ce type de cotte de mailles est le plus commun parmi les traces archéologiques en Scandinavie durant la période viking.



La maille rivetée

La maille rivetée est composée uniquement d'anneaux fermés par des rivets. La production de ce type de cotte de mailles est la plus longue, et donc la plus onéreuse, mais la protection est la plus efficace. Elle peut arrêter les flèches tirées de loin et les coups de lance. Cependant, seuls les plus riches pouvaient se permettre le luxe ; ce type de cotte de mailles est assez rare. Il faut aussi noter que cette protection est plus lourde que les cottes de mailles simples.






Les réparations

Bien que toutes les cottes de mailles scandinaves fonctionnent sur le principe de quatre anneaux dans chaque anneaux, on retrouve en fouilles archéologiques des montages plus bancales qui laisse à penser que les vikings réparaient eux-mêmes leurs mailles abimées lors des raids à la va-vite et avec les moyen du bord.



Ce sont toutes ces facettes des cottes de mailles que nous vous proposons de venir redécouvrir sur notre campement.